Turkiye'nin en buyuk porno izle sitesi olan rokettube tum hiziyla buyumege devam ediyor. Tum engellemelere karsi ayakta durmaya calisan rokettube sitesi ziyaretcilerini yalniz birakma derdinde hic degil. Bu sebep ile tum porno izle icerikli sayfalarini gozden gecirme ve gelistirme cabalari tum ekibiyle yeniden baslamis bulunuyor sizde eger porno izle izlemek istiyorsaniz rokettube.be sitesinden ucretsize mobil porno izle ve deskop pcler icin izleye bilirsiniz. Mobil porno izle sitesi olan m.rokettube.be adresinizde ziyaret edip, porn, porno izle ve porno izle izle keyfinin doruklarina varip arkadaslarinizla paylasip ayni pozisyonlari partnerinizle de deneye bilirsiniz.
site sur les Web campagnes et municipales 2014

Moteur de recherche

Newsletter du journal Elus 2.0

Newsletter Elus 2.0

Publicité

publicité
Bannière

Elus 2.0 sur les réseaux sociaux

Communiquez sur ce profil Web avec l'icône des Elus 2.0 !

Communiquez sur ce profil Web avec l'icône des Elus 2.0 !

Jean-Noël GUERINI

Jean-Noël GUERINI

Partagez ce profil Web sur...

Une erreur ? Un oubli ?
Contactez-nous

PS
http://www.parti-socialiste.fr/
http://www.elus20.fr/ps
Sénateur, Président du Conseil général des Bouches-du-Rhône et membre du Bureau National du PS
Président du Conseil Général, Sénateur
Responsable politique national
Marseille
Bouches-du-Rhône (13)
Provence-Alpes-Côte d'Azur
http://www.jn-guerini.fr
http://twitter.com/jnguerini
http://www.facebook.com/pages/Jean-Noel-Guer
ini/44156963892
http://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-No%C3%ABl_
Gu%C3%A9rini
http://www.dailymotion.com/jnguerini
http://www.cg13.fr

Twitter

Lundi 4 mai 2015

Popularité sur Twitter de Jean-Noël GUERINI (3 186 abonnés au 11/04/2015 à 08h00) :

Derniers messages envoyés par Jean-Noël GUERINI sur Twitter.

Tweet du 01 avril 2015 à 11:49

Retrouvez l'ensemble de ma déclaration sur mon blog http://t.co/gAI4Wcxvaj

Tweet du 01 avril 2015 à 11:22

Je souhaite courage et bonne chance à Madame Martine Vassal.

Tweet du 01 avril 2015 à 11:21

J'ai pris acte des résultats des élections. Je ne serais pas candidat à la Pdce du CG 13

Tweet du 01 avril 2015 à 11:20

Leur seul combat c'est de dénoncer le guerinisme. On a vu leurs résultats aux municipales l'an dernier.

Tweet du 01 avril 2015 à 11:19

Certains ont mis en place une mécanique politique qui conduit sans cesse la gauche à la défaite

Site Web

Déclaration du 1er avril 2015

01/04/2015 à 11:47

Mercredi 1er avril  2015

 

Mesdames et messieurs les journalistes,

Je suis heureux de vous rencontrer au lendemain de ces élections départementales qui n’ont pas été brillantes pour la gauche.

A la veille de la première séance publique de l’Assemblée départementale, trois  jours après ma réélection avec Lisette Narducci, dans le canton de Marseille 2, où nous avons obtenu le meilleur score de la gauche marseillaise, je ne change pas de discours.

Je l’ai dit, je le redis : ce qui s’est passé,  je l’assume.

Je ne fuis pas mes responsabilités, mais je mesure à la lecture des résultats, département par département,  les conséquences électorales désastreuses de l’absence de réussite du gouvernement.

C’est un peu comme si, depuis trois ans, la gauche qui est au pouvoir, s’acharnait à perdre ce qu’elle a mis des décennies à construire.

Après les municipales, les départementales, faudra-t-il, demain, dresser le même constat pour les régionales ?

Je le redoute. Il en faut plus, néanmoins, pour me décourager et me faire baisser les bras.

A l’évidence, sur le plan comptable, au vu des résultats dans les Bouches-du-Rhône, canton par canton, la droite est en mesure de rassembler une majorité absolue.

C’est évidemment un échec pour la majorité départementale sortante.

Malgré un excellent bilan, des conseillers généraux sortants de gauche ont été éliminés dès le 1er tour, ou bien ont été battus au deuxième tour, comme dans le canton de Berre, où le comportement anti républicain du maire de Ventabren a permis de faire élire deux candidats de l’extrême-droite.

Je tiens à le dire aujourd’hui, très simplement.

Une note de l’agence Fitch ratings vous est remise.

Elle a été rendue publique vendredi soir, après la fermeture des marchés financiers.

Elle confirme que le Département a un faible niveau de dette, une bonne capacité de désendettement et de bonnes capacités budgétaires. Le double A, renforcé par des perspectives stables

Cette notation s’inscrit dans le cadre du programme d’emprunts obligataires mis en place à la fin de l’année 2013.

Cette note, la meilleure qui puisse être attribuée à une collectivité, est une appréciation de la capacité du département à répondre à ses engagements financiers dans les délais impartis.

Ainsi, contrairement à ce qui a pu être écrit au cours de ces dernières semaines, cette Institution a été bien gérée depuis des années.

La rigueur qui a présidé jusqu’à présent aux choix politiques effectués a favorisé une efficacité profitable à l’ensemble des habitants.

Elle a permis de maintenir à un haut niveau les investissements qui favorisent le maintien ou la création d’emplois, tout en assumant les indispensables politiques de solidarité entre les générations et les territoires.

Nous sommes loin ici, des propos de ceux qui confondent politiques publiques avisées et clientélisme.

Dans notre département, grâce aux choix de la majorité sortante, il n’y a nul besoin de faire la charité pour construire une école comme cela a été le cas dans une commune de Seine et Marne, où la mairie est allée chercher des financements comme on peut le faire pour produire des chansons d’artistes qui passent à la télé.

Ce n’est pas ma conception de la République !

Ce Conseil départemental, c’est donc son nouveau nom, est donc en parfait état de marche.

Il n’en va certainement pas de même pour la famille politique à laquelle j’ai appartenu pendant des années.

D’aucuns glosent sur les résultats de « La Force du 13 ». Je souligne qu’elle a rassemblé 13% des suffrages dans le département, ce qui est loin d’être négligeable pour une formation qui n’a pas six mois d’existence.

Je crois aussi que cette formation, n’en déplaise aux donneurs de leçon, a été aussi à l’origine, à Marseille et dans le département, de la réélection de plusieurs conseillers généraux sortants.

Toutefois, je réaffirme solennellement que l’heure n’est pas aux règlements de comptes.

A quel titre ? Au nom de quoi ? Pour défendre quelle cause ?

Mais je n’hésite pas à annoncer des lendemains qui déchantent pour celles et ceux qui se frottent les mains, à Marseille, de cette possible alternance.

En ce jour dont certains esprits taquins souligneront la symbolique, je serai très clair.

L’heure est au rassemblement qui doit être la ligne de conduite de celles et de ceux qui entendent poursuivre les politiques publiques progressistes qui ont été mises en place dans cette institution depuis de nombreuses années.

Certains ont mis en place une mécanique politique qui conduit sans cesse la gauche à la défaite.

Même lorsqu’ils sont élus, ils ne rassemblent pas. Ils divisent. Nous l’avons vu sur les plateaux télévisés dès dimanche soir.

Quelle honte ! Quel spectacle ! Quelle tristesse !

 

Fidèles au gène de l’irresponsabilité qui les structure, habités par la méchanceté et dévorés par l’ambition, ils se présentent parfois comme porteurs d’un renouveau, ou bien comme représentants d’une ligne politique décidée dans des bureaux parisiens, ligne dont ils se servent pour satisfaire leurs intérêts personnels.

Leur seul combat, leur seul programme –et la campagne électorale qui s’est déroulée l’a trop souvent prouvée—c’est de dénoncer le guérinisme.

On a pu mesurer le résultat de ces discours lors des municipales l’an dernier. On le constate à nouveau avec ces départementales, où la division, générale en France, a été aggravée dans les Bouches-du-Rhône par les décisions calamiteuses de la fédération socialiste.

Je ne suis certainement pas, contrairement à ce qu’ils claironnent, un homme du passé.

Je suis un défenseur fervent des Bouches-du-Rhône, d’un territoire aux mille atouts, où vivent des femmes et des hommes qui ont un talent fou.

J’ai pris acte des résultats du premier tour, et je n’entends pas, comme les extrapolations de la presse ont permis de le faire, spéculer sur un improbable troisième tour.

C’est pour cela que je ne serai pas candidat à la présidence du Conseil général.

Je souhaite bonne chance et bon courage à Martine Vassal.

Ma déclaration à l’issue du second tour des départementales

29/03/2015 à 23:09

Je veux remercier les électrices et électeurs du canton de Marseille 2 qui m’ont accordé leur confiance.

Avec Lisette Narducci, nous rassemblons près de 60% des suffrages dans un contexte national et local particulièrement difficile.

J’assume ce qui s’est passé aujourd’hui, mais je regrette les dégâts de la politique gouvernementale qui sont à l’origine d’une débâcle pour la gauche au plan national.

Sans vouloir chercher d’excuses, il est évident que le désaveu de la politique gouvernementale a provoqué une vague bleue dans tous les départements français.

Le Nord, la Seine-Maritime, la Corrèze et l’Essonne basculent à droite.

Je redoute que jeudi, il en soit de même pour les Bouches-du-Rhône.

Nous ne reviendrons pas ici sur ce constat, dramatique pour la gauche après la débâcle des municipale.

Ce soir, certains vont se frotter les mains et vont, sans honte, affirmer que le renouveau de la gauche est en marche, au lendemain de cette défaite historique.

Je redoute que ces propos, alimentés par la volonté de vengeance d’un mauvais génie ne conduise définitivement la gauche dans le mur, à Marseille et dans le département.

J’ai été réélu dans mon canton avec Lisette Narducci, n’en déplaise à Manuel Valls qui ne me soutenait pas. Ne lui en déplaise, je suis élu !

Les candidats que je soutenais à Marseille ont tiré leur épingle du jeu.

A l’évidence,  dans certains cantons du département, je regrette que la droite n’ait pas joué le jeu républicain, comme à Berre, où le Front national l’emporte, au terme d’une triangulaire imposée par le maintien du candidat UMP, maire de Ventabren.

Le département, lui, pourrait basculer à droite jeudi prochain.

Ce serait un sinistre gâchis qui est le résultat de l’aveuglement d’un homme.

Il a offert l’an dernier une mairie de secteur de Marseille à l’extrême droite et, de par ses déclarations et attaques incessantes, apporte sur un plateau l’Assemblée départementale à la droite libérale.

Car, contrairement à ceux qui vont clamer partout ce 29 mars pourrait être la défaite de Jean-Noël Guérini, je crains que ce soir, elle ne soit surtout celle de la gauche modeste et populaire que je défends depuis toujours.

Les candidats de « faire gagner les Bouches du Rhône » étaient les seuls à avoir un bon projet pour la défense du pouvoir d’achat, pour accompagner les familles et soutenir l’investissement créateur de richesses et d’emploi.

Ce n’est malheureusement pas le cas des autres formations politiques qui étaient présentes dans cette élection.

Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour redonner confiance à celles et ceux qui sont découragés et tristes des sempiternelles querelles qui minent la gauche dans ce département depuis trop longtemps.

je remarque que la gauche était en tete en nombre de voix au premier tour.

A l’évidence de nombreux responsables politiques à gauche n’ont pas été à la hauteur de leurs responsabilités, si j’en juge par les déclarations de certains ce soir, comme dans les semaines qui viennent de s’écouler.

L’heure n’est pas ce soir aux règlements de compte, mais au rassemblement.

Je ne manquerai pas, très vite, de vous faire connaître ma position pour l’élection à la présidence du Conseil départemental, le jeudi 2 avril, car mon combat politique ne s’arrête pas ce soir.

Malgré les difficultés, malgré les chasses à l’homme engagées depuis cinq par les médias alimentées par les aigreurs d’élus qui ont fait de la défaite leur religion depuis des années, je poursuivrai mon combat avec mes amis de « La Force du 13 »..

Jean-Christophe Lagarde, ni mémoire, ni honneur

27/03/2015 à 08:29

Le président de l’UDI, Jean-Christophe Lagarde, est un adepte du « ni-ni », le slogan des « neu neu », pour Jean-Noël Guérini. Etrange position pour cet homme qui déclarait en mai 2013, « qu’il ne suffit pas d’être honnête pour ne pas être sali », et qu’il avait « pu mesurer combien il était humainement insupportable d’être accusé et traîné dans la boue à tort, pour ‘lui’ et pour sa famille ». Il venait alors d’être relaxé au terme de cinq années d’instruction judiciaire et une mise en examen dans une affaire de marché public.

Quand on préside l’UDI, il vaut mieux avoir la mémoire courte et bien peu de respect pour la présomption d’innocence pour appeler à voter blanc face au Front National dans le canton de Marseille 2. Il est vrai que cet élu a certainement aussi peu de respect pour les 8808 électrices et électeurs qui vivent dans ces quartiers populaires et qui m’ont très largement placé en tête du premier tour des élections départementales le 22 mars, que pour moi-même, qui ait été aussi relaxé dans le seul procès me mettant en cause et jugé devant le tribunal correctionnel de Marseille.

Cet homme qui est un adepte du « ni mémoire ni honneur » invente donc le front Républicain a géométrie variable, à l’image de trop nombreux politiciens de droite, qui veulent bien des voix des électeurs de gauche pour être élus face au front, mais refusent d’appeler à voter contre l’extrême droite quand cela leur permet de faire battre des candidats de gauche.

Il était petit et inconnu. Cette prise de position nous rappelle sa juste place : celle d’un piètre lilliputien de la vie politique.

Elections départementales 1er tour

23/03/2015 à 01:11

Avant toute chose, je tiens à remercier les électrices et les électeurs de Marseille et des Bouches-du-Rhône, qui, en se mobilisant aujourd’hui, ont montré leur attachement au département.

J’appelle tous les Républicains à se mobiliser dimanche prochain, afin de faire barrage à l’extrême-droite.

Dans les Bouches-du-Rhône, la majorité départementale a obtenu de bons résultats, mais les divisions ont malheureusement provoqué l’élimination de plusieurs candidats sortants, comme à Allauch ou à Vitrolles.

Je le regrette et condamne avec la plus extrême sévérité les petits calculs politiciens marseillais et parisiens qui ont conduit à la multiplication des candidatures.

Dans ce contexte, il est choquant et inconcevable que des candidats battus, appellent à voter blanc face à l’extrême droite.

Face à la menace du Front national  qui est désormais profondément ancré dans le paysage politique départemental, il est vital de rassembler tous les Républicains et tous ceux qui sont attachés à notre territoire.

Une fois encore, j’appelle à l’union, à la responsabilité et à la mobilisation, de toutes celles et tous ceux qui veulent faire vivre les valeurs de la  République.

J’ose espérer que la droite républicaine  elle aussi confrontée à la poussée du Front national, adoptera, elle aussi, une attitude responsable.

L’attentat en Tunisie

18/03/2015 à 16:53

J’exprime ma solidarité et mon soutien au peuple tunisien qui se bat pour faire vivre une transition démocratique que n’acceptent pas des terroristes haineux.
L’attentat qui a frappé le musée du Bardo nous rappelle, hélas, les menaces auxquelles nos démocraties sont confrontées.
Dans ce contexte difficile, plus que jamais, nous devons faire preuve de fermeté, en veillant au respect de chacun, sans instrumentaliser, ici, à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône, des oppositions culturelles ou cultuelles.
Seul le rassemblement autour des valeurs qui fondent notre République nous permettra de faire face, avec fermeté, mais sereinement,  à ceux qui prêchent la haine et sèment la violence.

16,4 M€ pour le « Projet stratégique de développement du Grand Port »

13/03/2015 à 17:19

Je viens de signer ce jour, vendredi 13 mars 2015, une convention avec le GPMM. Nous nous engageons ainsi pour la période 2015/2017  sur le « Projet stratégique de développement du Grand Port » à hauteur de 16,4 M€.

Pour moi le Grand Port est un des poumons économiques du développement des Bouches-du-Rhône, vital , notamment par les emplois qu’il génère.

Cette participation est une nouvelle étape dans la longue histoire des relations entre le GPMM et le CG13. Le CG continuera à accompagner les projets du Grand Port hors CPER.

En présence de Christine Cabau-Woehrel, Présidente du Directoire du GPMM, j’ai rappelé la situation délicate de la SNCM, les emplois qu’il faut sauver et la nécessité de se mobiliser. Cette dernière m’a assuré que le GPMM s’y employait.

 

Violences à Marseille : des actes plutôt que des discours

09/02/2015 à 16:35

La visite du Premier ministre à Marseille a malheureusement bénéficié d’un triste éclairage médiatique. Sous le regard gourmand des chaînes d’information  en continu, la cité de la Castellane a été placée en état de siège.

Soucieux de ne pas manquer de passer à la postérité des caméras, les élus de toutes obédiences se sont succédé pour réclamer qui l’armée, qui de l’autorité, qui du travail en profondeur dans les quartiers.

Je me permets de rappeler sans tambours ni trompettes que le Conseil général est un des principaux financeurs du plan favorisant le renforcement de la vidéo protection dans Marseille. Par ailleurs, des médiateurs interviennent autour et dans les collèges. Certains d’entre eux étaient d’ailleurs  présents, ce lundi matin au collège Henri Barnier. Ils ont été parmi les premiers à alerter les forces de police, après avoir pris toutes les mesures nécessaires pour protéger les collégiens présents.

Il y a quatorze mois, l’ancien premier ministre, Jean-Marc Ayrault était venu à Marseille pour annoncer monts et merveilles, financés par des promesses se chiffrant en milliards d’euros.

Ces belles paroles se sont envolées, et la vie des habitants de tous les quartiers de Marseille a continué. L’économie souterraine, aidée par la multiplication des trafics, est toujours en place. Je partage l’exaspération des familles qui vivent à La Castellane où dans d’autres cités de notre ville. On a concentré la pauvreté dans ces cités depuis des années. Des poches de misère ont été sciemment créées par les pouvoirs publics dans lesquelles les trafics sont parfois les seules sources de revenus. J’ai eu maintes fois l’occasion de dénoncer ces situations inadmissibles et insupportables pour nos concitoyens.

Je me réjouis de la visite à Marseille du Premier Ministre ainsi que du Ministre de l’Intérieur et de la Ministre de l’Education Nationale. Ils peuvent ainsi se rendre compte exactement de ce qui se passe ici et de l’urgence de la situation. A eux de prendre leur responsabilité et, au-delà des beaux discours qui seront tenus aujourd’hui et demain, de venir réellement en aide aux familles qui habitent ici et qui n’en peuvent plus. Monsieur le Premier Ministre, Madame et Monsieur les Ministres montrez nous que votre visite n’est pas une opération de communication mais qu’elle s’accompagne d’une réelle volonté de changement.

La Force du 13 : nous sommes plus de 3000 adhérents

29/01/2015 à 19:29

Chers amis, je suis très heureux et très touché de vous voir si nombreuses et si nombreux pour l’inauguration du siège de notre parti, « La Force du 13». Ce moment, symbolique à plus d’un titre, je l’attends depuis des jours. Et je vous l’avoue, c’est un homme particulièrement ému, à la fois fier et heureux, qui s’adresse à vous ce soir.

Nous avons décidé, il y a quelques semaines, de créer ce parti, afin de poser des balises vers de nouveaux horizons, pour assurer de nouvelles conquêtes. Certains ont alors laissé entendre qu’il n’y avait dans cette volonté qu’un geste de circonstance, sans lendemain. Comme si « La Force du 13 » n’était qu’un caprice, destiné à s’évaporer dans le tourbillon de l’actualité. Comme à leur habitude, ceux qui ont tenu de tels propos ont montré à quel point ils sont éloignés de la réalité. Ils pensent à eux, à leur statut, à leur carrière. Vos espoirs, vos aspirations, votre engagement, ils les méprisent et ne veulent qu’une seule chose : que vous soyez à leur service ! Cette désinvolture prouve aussi qu’ils sont irrémédiablement imperméables à votre volonté d’agir, collectivement, contre les inégalités, les injustices, le désordre et toutes les insécurités. J’ajoute, avec fermeté, que les événements de ces dernières semaines ont renforcé notre  volonté et nos convictions. Plus que jamais, nous devons faire entendre notre voix, et dire non aux appareils et aux petits personnages qui n’arrivent même pas à s’entendre pour organiser à Marseille  une seule manifestation pour dire non au terrorisme, non au fanatisme. Dans le même temps, nous avons dit oui à la République fraternelle et laïque !

Depuis deux mois, rapidement, mais patiemment et sereinement, nous avons posé les fondations de notre parti. Le flot des adhésions ne s’est pas tari, loin de là. Nous sommes aujourd’hui plus de 2000 à nous retrouver dans ce jeune parti et nous lançons actuellement une grande campagne d’adhésion pour cette année 2015, année marquée par deux rendez-vous électoraux importants, en mars avec les départementales, puis au mois de décembre avec les régionales. Cependant, notre travail ne se limitera pas aux élections, chacun d’entre nous mesure l’immensité de la tâche qui nous attend.

 

Les défis que nous devons relever sont nombreux. Ces défis, nous les abordons avec beaucoup d’humilité, et avec une détermination sans faille, avec la force, l’énergie et la volonté qu’ont celles et ceux qui savent qu’ils ont fait le bon choix et qu’ils sont sur le bon chemin. A quoi bon revenir, ici et maintenant, sur nos déceptions face à ce changement qui n’est pas venu après 2012 ? L’heure n’est pas à la critique, au dénigrement, au désenchantement, mais je constate simplement qu’il aura fallu ces tragiques attentats pour que le Président de la république soit à la hauteur de ses fonctions… Aujourd’hui, nous souhaitons prolonger l’esprit du 11 janvier, et nous voulons travailler pour le rassemblement. C’est notre objectif, et c’est l’ambition de « La Force du 13 », qui est la maison commune de celles et de ceux qui entendent redonner sens et contenu à l’espoir.

Ici, dans ces murs, comme partout à Marseille et dans les Bouches-du-Rhône, nous allons prolonger les échanges et le dialogue avec ces femmes et ces hommes qui ont les valeurs de la République chevillées au corps. Je le dis avec force et avec conviction. Face à la dissolution du lien social, quand les familles croulent sous le poids de la vie chère, il est urgent de redessiner les contours d’une fraternité moderne, qui refuse l’assistanat, mais tend la main à ceux qui restent sur le bord du chemin. Droits, mais aussi devoirs, voilà quelle est notre ligne, voilà quel est notre cap !

C’est dans cet état d’esprit que nous nous sommes engagés sur le chemin des élections départementales. Nous faisons face. Dans la tempête, nous gardons la main sur la barre, sans quitter le navire ! Je réaffirme, au passage que pour ces élections, notre parti a tout mis en œuvre pour faciliter l’union et éviter les divisions qui sont toujours dangereuses et fréquemment funestes. Nous avons pu en mesurer les terribles effets lors des dernières municipales, à Marseille, dans les quartiers nord, où par manque de responsabilité, nous avons permis au front national de s’implanter solidement dans cette ville. Nous savons tous le risque que fait courir à notre département la poussée de l’extrême droite. C’est bien  pour conforter et amplifier les  effets positifs des politiques publiques progressistes initiées par le Conseil général que nous allons à la bataille. Pour cette élection, l’enjeu est clair et le renouvellement intégral du Conseil général nous conduit à poser une seule question aux électrices et aux électeurs, dans un contexte où la politique suivie par le gouvernement ne nous aide guère.

Souhaitez vous, oui ou non, que les politiques publiques progressistes et innovantes mises en place par la majorité qui gère le Conseil général soient prolongées et approfondies ? L’accompagnement de nos aînés, la réussite scolaire des collégiens, l’investissement pour le maintien et la création d’emploi, le travail pour l’insertion professionnelle, le soutien au mouvement sportif, à la culture… C’est un choix simple, c’est direct. N’allons pas chercher à polémiquer avec l’opposition de droite au Conseil général. Elle tire à boulets rouges sur notre majorité, mais n’apporte guère la preuve de ses qualités quand elle gère. Il suffit de regarder ce qui se passe à la Communauté Urbaine pour comprendre ! Quid de  la politique de transports ? Quid de la propreté ? Où en est la politique du logement ? Laissons là cette droite qui gère mal et donne sans cesse des leçons. Nous aurons le temps, en nous rapprochant de l’heure de l’élection, d’aborder ces questions, tout comme nous aborderons sans trembler la question des élections régionales.

Et je veux ajouter que lors des débats qui animeront  les mois à venir, nous plaiderons toujours pour l’union, pour le rassemblement. Ce n’est pas en Grèce que nous allons chercher des modèles. Je suis heureux que le peuple ait, dans ce pays, dit non à l’austérité. Quoi de plus logique. Quoi de plus normal. Je ne crois pas qu’en cherchant à faire d’Athènes et de Syriza l’alpha et l’omega de la ligne que la gauche doit suivre que nous retrouverons le peuple, qui est déçu de l’absence de changement depuis mai 2012. Soyons unis, soyons, rassemblés, soyons fiers, comme nous l’avons été le 11 janvier.

Et aujourd’hui, je tiens avant toute chose à remercier celles et ceux qui se sont mobilisés, ces dernières semaines, pour faire avancer La Force du 13. Loin du commentaire permanent et de la politique spectacle, nous avons tissé des liens, dans tout le département, pour construire, pour avancer, pour réunir et rassembler. Loin des cercles de ceux qui savent et imposent des choix sans discussion, loin de ces cénacles où les énarques décident à la place des citoyens, nous avons posé les jalons qui redessinent l’horizon des possibles, ces possibles où l’égalité, la justice sociale et la fraternité ne sont pas seulement des mots !

Nous, à La Force du 13, nous laissons les citoyens prendre la parole. Ils peuvent s’exprimer, proposer, discuter. Ils n’attendent pas les consignes des états majors pour se mettre en mouvement. Le mouvement, c’est eux. Le dynamisme, c’est eux. C’est grâce à eux, avec eux et pour eux, que  nous ferons gagner les Bouches-du-Rhône. C’est ainsi que nous ferons gagner les habitants de ce département.

Invitation à l’inauguration du local de la Force du 13

27/01/2015 à 08:12

Ce jeudi à 18h30, nous inaugurons le local de la Force du 13, 4 Place Sadi Carnot à Marseille. Venez nombreux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Contrat de Plan 2015-2020 : Le désengagement de l’Etat n’est pas acceptable !

26/01/2015 à 14:35

Le mandat de négociation nous a été transmis bien tardivement. Je le regrette et je constate  que les financements prévus sont  hélas bien inférieurs aux estimations minimales des besoins dûment constatés pour des secteurs stratégiques dans les Bouches-du-Rhône.

Jusqu’à présent, le Conseil général, premier investisseur du grand sud-est, a toujours répondu présent et tenu ses engagements, malgré l’absence de concertation et d’information sur l’avancée des dossiers pilotés par la région Provence-Alpes Côte d’Azur. Aujourd’hui, espérer pallier l’insuffisance des moyens mobilisés par l’Etat au travers d’un effort accru des collectivités n’est pas acceptable, dans un contexte où les projets de réforme institutionnelle vont supprimer la clause de compétence générale pour les Départements. Dans ce contexte incertain, un élu responsable,  respectueux des deniers publics et soucieux de la qualité du service public,  se doit d’imposer une hiérarchisation et une priorisation des interventions encore à venir. Pour cela un minimum de visibilité et de maîtrise de ces projets est nécessaire.

C’est ce que j’ai indiqué dans une lettre au Préfet de région, lettre que j’ai lue lors de la réunion organisée à la Préfecture, le vendredi 23 janvier.

Les cris d’orfraie de Michel Vauzelle, qui a fait plusieurs fois le tour du monde depuis 1998 et bien peu rendu compte de l’application des précédents contrats de plan,  n’impressionnent personne. Chacun connait son opinion et son mépris pour les Départements, comme en témoigne une interview accordée à Libération à laquelle je fais référence dans ce courrier. Les jugements et Les leçons de morale d’un président qui a annoncé qu’il allait expédier les affaires courantes jusqu’au mois de décembre sont bien peu productives.

Pour moi, comme pour la majorité départementale qui gère rigoureusement et efficacement le Conseil général, la priorité des priorités, aujourd’hui, c’est l’avenir de nos concitoyens et la concrétisation de vrais projets, indispensables au développement et au rayonnement sont au centre du débat. Cette responsabilité, nous l’assumons et nous l’assumerons, dans le respect des textes et de celles et de ceux qui nous ont accordé leur confiance.

 

La lettre transmise au Préfet 1/2

La lettre transmise au Préfet 2/2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Facebook

Lundi 4 mai 2015

Popularité sur facebook de Jean-Noël GUERINI (4 225 fans au 25/04/2015 à 11h14) :

Post du 04/08/2014 à 09:56

Un grand préfet nous a quittés Est-il utile sur une page facebook, d'accumuler...

Post du 27/06/2014 à 14:16

Bon ramadan Le mois du Ramadan offre aux musulmans l’opportunité de moments de...

Post du 06/03/2014 à 13:41

Ma lettre au Président de la République concernant la SNCM

Post du 26/02/2014 à 11:24

Le conseil général des Bouches-du-Rhône soutient l’emploi. A l’occasion de sa s...

Post du 25/02/2014 à 19:55

SNCM : les atermoiements incompréhensibles de l’Etat Lors du conseil d’adminis...

Post du 24/02/2014 à 18:33

Séance publique extraordinaire relative au découpage cantonal Je prends acte du...

Post du 19/02/2014 à 20:17

A propos de l’article du « Canard enchaîné » Une fois de plus, la presse a ali...

Post du 19/02/2014 à 18:24

A propos de l’article du « Canard enchaîné » Une fois de plus, la presse a a...

Post du 12/11/2013 à 12:20

Hommage aux fonctionnaires morts durant la grande guerre, ce matin à la Préfectu...

Post du 11/11/2013 à 17:30

Suite des commémorations du 11 novembre aux monuments aux morts sur l'esplanade...

Post du 11/11/2013 à 17:18

Emouvante commémoration de l'armistice du 11 novembre 1918 au Fort St Jean à Mar...

Post du 11/11/2013 à 15:31

Je tiens a apporter tout mon soutien au député-maire de Chateaurenard, Bernard...

Post du 08/11/2013 à 11:19

07/11 Visite des locaux de l'association Acadel, rue de Lyon à Marseille, qui dé...

Post du 07/11/2013 à 09:43

La reconstruction du Collège Gyptys permet de satisfaire aux besoins pédagogique...

Post du 26/10/2013 à 19:18

https://www.facebook.com/media/set/?set=a.10151797488923893.1073741893.441569638...

Vidéos

2E Rencontres Départementales du Sport

Chaque année, pour ses Rencontres Départementales du Sport, l'Hôtel du Département, à Marseille, se transforme en véritable stadium pour faire vivre le meilleur du sport. Rassembler l'ensemble des acteurs du mouvement sportif, valoriser et mettre en avant toute les disciplines sportives. Avec pour l'année 2012 la présence de Nathalie Benoit (Aviron), de Grégory Mallet (Natation), de Laure Manaudou (Natation), de Fabien Gilot (Natation)...


Envoyé : 07 décembre 2012

Guérini contre-attaque

Jean-Noël Guérini a tenu lundi 5 mars, une conférence de presse à l’Hôtel Radisson de Marseille au cours de laquelle il s’est expliqué précisément sur l’évolution de sa procédure judiciaire et a fait part aux nombreux journalistes présents de ses questionnements et de ses doutes quant à l’instrumentalisation politique de cette instruction.


Envoyé : 06 mars 2012

Guérini : "Qui est à la manœuvre ?"

Jean-Noël Guérini a tenu lundi 5 mars, une conférence de presse à l’Hôtel Radisson de Marseille au cours de laquelle il s’est expliqué précisément sur l’évolution de sa procédure judiciaire et a fait part aux nombreux journalistes présents de ses questionnements et de ses doutes quant à l’instrumentalisation politique de cette instruction.


Envoyé : 06 mars 2012

Guérini: voeux à la presse 2012

A l’occasion des traditionnels vœux à la Presse, vendredi 13 janvier 2012 à l’hôtel du Département, Jean-Noël Guérini a prononcé un discours offensif dont voici le propos in extenso.


Envoyé : 17 janvier 2012

Lesbian & Gay Pride de Marseille : interview de Jean-Noël Guérini (PS)

Interview de Jean-Noël Guérini à l'occasion de la marche pour l'égalité de Marseille, qui s'est déroulée le samedi 2 juillet 2011.

http://www.jn-guerini.fr


Envoyé : 04 juillet 2011

Guérini : "Gaston Defferre est l'homme de Marseille"

Jean-Noël Guérini a participé samedi 7 mai 2011 à la commémoration du 25e anniversaire de la disparition de Gaston Defferre au cimetière Saint-Pierre de Marseille.

http://www.jn-guerini.fr


Envoyé : 07 mai 2011

Lancement de la concertation publique du projet Vieux-Port de Marseille : réaction de Jean-Noël...

Jean-Noël Guérini a participé au lancement la concertation publique du projet Vieux-Port de Marseille (semi piétonisation).

Vendredi 6 mai 2011, Le Pharo - Marseille.
http://www.jn-guerini.fr


Envoyé : 06 mai 2011

Interview de Jean-Noël Guérini / France Inter le 7 avril 2011

Interview du Jean-Noël Guérini sur France Inter, le 7 avril 2011. Interview réalisée par Pascale Clark.

http://www.jn-guerini.fr


Envoyé : 07 avril 2011

Jean-Noël Guérini (PS) réélu président du Conseil général des Bouches-du-Rhône

Jean-Noël Guérini a été réélu président du Conseil général des Bouches-du-Rhône par 40 voix contre 17, lors de la séance du 31 mars 2011.

http://www.jn-guerini.fr


Envoyé : 31 mars 2011

Elections cantonales (Bouches-du-Rhône) : réaction de Jean-Noël Guérini (PS)

Dimanche 27 mars 2011, au soir du second tour des élections cantonales dans les Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini s'est exprimé devant la presse et les militants, à la fédération du Parti socialiste 13.

http://www.jn-guerini.fr


Envoyé : 28 mars 2011

Cantonales 2011 : "j'appelle à faire barrage au FN dans les Bouches-du-Rhône" Guérini (PS)

Réaction de Jean-Noël Guérini, premier secrétaire fédéral du Parti socialiste des Bouches-du-Rhône, au soir du premier tour des élections cantonales.

http://www.jn-guerini.fr


Envoyé : 21 mars 2011

Rapport Montebourg : soutien de Solférino au PS13

A l'occasion d'une réunion publique qui s'est tenue jeudi 3 mars 2011 dans la commune de Gignac-la-Nerthe (13), Jean-Noël Guérini est revenu sur la publication dans la presse, du "rapport Montebourg" sur la fédération du PS13.

http://www.jn-guerini.fr


Envoyé : 03 mars 2011

Elections cantonales 2011 : le 13 en action !

Jean-Noël Guérini a présenté le projet de la majorité départementale qu’il conduit pour les élections cantonales des 20 et 27 mars. Un projet ambitieux et réaliste, où l’action sociale, le développement des services publics et l’environnement sont très présents.

Extraits du discours d'Allauch - le 17 février 2011.

http://www.jn-guerini.fr


Envoyé : 03 mars 2011


iPhone

Jean-Noël GUERINI n'a pas d'application iPhone disponible sur Apple Store.

Offre en application mobile pour les élus 2.0 (nouvelle fenêtre)

Géolocalisation

Carte des élus

Vous êtes un élu ?
Vous n'apparaissez pas sur les cartes des Elus 2.0 ?
Créez votre profil Web sur Elus 2.0 !

Chaque carte ci-dessous correspond à un mandat de ce profil Web.

Note : seuls les élus enregistrés sur Elus 2.0 et qui ont au moins un compte Twitter, une page facebook ou un blog y sont affichés.

Mode d'emploi : cliquez sur un nom ou sur un marqueur pour obtenir les informations sur l'élu correspondant.

Elus départementaux

Activité Web des Présidents/Vice-Présidents de Conseil Général et des Conseillers généraux.

Sénateurs

Activité Web des sénateurs.

A propos des profils Web : les profils Web des élus et des responsables politiques est un service du site Elus 2.0 (formulaire d'inscription). Par les Conditions Générales d'Utilisation (CGU), l'utilisateur de ce service (créateur d'un profil Web, internaute) est informé des risques inhérents à l'Internet (continuité non garantie dans l'accès au Site ou aux différents services offerts par le Site comme par exemple : non reprise partielle ou totale des flux RSS (blog, Twitter, facebook, vidéo...) sur un profil Web d'un élu pour des raisons techniques, problème d'affichage des contenus Web...).

publicité

Les élu(e)s sur le Web

Vous êtes un élu(e), un responsable politique ou un candidat(e) à une élection politique et vous n'avez pas votre profil Web sur Elus 2.0 ?

Créez votre profil sur Elus 2.0 ››

Formation aux réseaux sociaux

Rejoignez Elus 2.0 sur les réseaux sociaux

Elus 2.0 en quelques mots

Web 2.0, Facebook, Twitter, blogs, vidéos...
Comment les élus utilisent-ils Internet ?
Quels sont les impacts du Web sur la politique ?

Elus 2.0 va chercher dans l'actualité en France et à l'international toutes les réponses à ces questions.

Par ailleurs, Elus 2.0 est une plateforme communautaire des élus. Sur une page personnalisée, chaque élu dispose ainsi d'un profil permettant aux citoyens de lire en temps réel tous les articles et messages qu'il publie sur Internet. De plus, ce profil permet aux citoyens de dialoguer avec l'élu.

En savoir plus

Web Politique en vidéos

Consulter (Remerciements de NDA à ses supporters sur Facebook)

Consulter (Nos régions contre les déserts médicaux)

Consulter (L'arnaque du siècle 2)

Consulter (Hadopi : Le pire du pire de l'assemblée)

Consulter (New Fan)

Consulter (Le Web 3: Elkabbach met en garde les blogueurs)

Consulter (Manuel Valls aimerait plus de *blancs* à Evry)

Consulter (Voeux de Dominique de Villepin pour l'année 2011)

Consulter (Michelle OBAMA interview on NBC : *no Facebook in the White House*)

Sources d'information

test