porno
site sur les Web campagnes et municipales 2014

Moteur de recherche

Newsletter du journal Elus 2.0

Newsletter Elus 2.0

Publicité

publicité
Bannière

Elus 2.0 sur les réseaux sociaux

Communiquez sur ce profil Web avec l'icône des Elus 2.0 !

Communiquez sur ce profil Web avec l'icône des Elus 2.0 !

Le Nouveau Centre

Twitter

Mercredi 5 août 2015

Popularité sur Twitter de Le Nouveau Centre (3 744 abonnés au 11/04/2015 à 08h18) :

Derniers messages envoyés par Le Nouveau Centre sur Twitter.

Tweet du 31 juillet 2015 à 22:49

[A LIRE] Tribune de @Herve_Morin sur la #criseagricole http://t.co/sVIz4dOZ01 @UDI_off @Les_Batisseurs @udi_an

Tweet du 30 juillet 2015 à 23:23

@VigierPhilippe juge "indécente" la candidature de #Rebsamen à Dijon @Le_Figaro @udi_an @UDI_off @Les_Batisseurs http://t.co/vKeQmAwYXc

Tweet du 30 juillet 2015 à 17:32

[COMMUNIQUE] Réaction de @MauriceLeroy à propos de la crise de l'élevage http://t.co/kL5wjgIFLv #eleveurs #CriseAgricole @udi_an @UDI_off

Tweet du 24 juillet 2015 à 08:22

RT @itele: [Direct] Le pdt de l'UDI à l'Assemblée nationale @VigierPhilippe invité de #LaMatinaleInfo >> http://t.co/ursrK45wKZ http://t.c…

Tweet du 21 juillet 2015 à 09:18

[INFO MEDIA] A 9h45 @Herve_Morin sera en direct sur @sudradio #CriseAgricole #Caen

Site Web

Mercredi 5 août 2015

31.07.2015 - Tribune d'Hervé Morin sur la crise agricole

31/07/2015 à 19:34

Photo: 

«Une situation d’urgence qui réclame des solutions pérennes»


Un seul souvenir personnel résume la situation : au début des années 80, mon père vendait ses bovins plus cher qu'on ne les vend aujourd’hui alors qu'en 30 ans, l’indice des prix à la consommation a doublé, les contraintes environnementales s'étant considérablement accrues et les coûts de production sur certains facteurs s'étant envolés.

La crise est d'autant plus grave qu'une crise de la viande bovine a été percutée par une crise conjoncturelle et structurelle de la production laitière. La détresse des paysans est celle d'hommes et de femmes révoltés ne pouvant pas obtenir un smic alors qu'ils travaillent 365 jours par an avec une trésorerie exsangue les menant pour nombre d'entre eux au bord de la faillite.

Au-delà de la détresse humaine, cette situation est d'autant plus ubuesque qu'elle conduit la France à laminer un potentiel de production dont on sait qu'il sera un atout considérable à l'horizon de 20 ans pour nourrir deux milliards de terriens qui accéderont au même pouvoir d'achat que nous et auront un même besoin de consommation. 

Cette situation est également absurde lorsque les ravages sur l'élevage amène à « retourner » tous les champs qui peuvent devenir labourables au détriment de notre environnement, de nos paysages et en contradiction avec la nouvelle politique agricole commune. Pour reprendre une jolie formule d'un ami paysan voisin, « face à une crise qui dure depuis si longtemps, il est devenu idéologique de labourer les terres, même les moins propices à ce type d'exploitation ». 

En ce qui concerne la crise de la production laitière, l'analyse est simple : 

Elle est conjoncturelle car l’embargo russe a totalement déstabilisé le marché puisque le lait allemand (250 000 tonnes de fromages n’ont plus preneur) est acheté à moindre prix par les centrales.

Elle est aussi structurelle, car au-delà d'un prix d'achat du lait inférieur à son prix de production, les éleveurs doivent par ailleurs supporter une volatilité croissante des cours et un écart entre prix élevé et prix faible qui se creuse chaque année de plus en plus. 

Pour la majorité des exploitations, les coûts de production au 1000 litres de lait sont autour de 300 euros quand le prix d’achat est d’environ de 280 euros (il faut bien entendu pondérer selon la qualité du lait livré).

Compte tenu de l'envol du prix des céréales, les coûts de production, notamment de l’alimentation du bétail ont doublé entre 2008 et aujourd’hui (il fallait dépenser en aliment de bétail 80 euros pour 1000 litres de lait en 2008, pour 140 aujourd’hui). Par ailleurs la mise en conformité des élevages et leur modernisation ont amené les éleveurs français à beaucoup investir, les pressions environnementales ayant souvent freiné leur potentiel de production. 

Les mesures prises à la hâte pour répondre à l’urgence d’une crise que le gouvernement n’a pas vu venir, sont certes une bouffée d’oxygène, mais elles repoussent à demain les réformes de structures indispensables pour traiter les véritables problèmes de fond qui notamment sont liés aux déséquilibres de la filière agroalimentaire. 

Tout d’abord, le monde agricole vit sous l’emprise d’un double cartel. 

Le premier est le monopole de la grande distribution, où quatre enseignes représentant plus de 80% de la consommation française font la pluie et le beau temps. 

Le second est la concentration en quelques mains de l’abattage et de la transformation laitière, ces derniers subissant eux-mêmes la pression de la grande distribution. 

Le résultat est que nos éleveurs sont aujourd'hui des pions dans ce rapport de force. 

C'est pourquoi l'urgence est la mise en place d'une transparence des prix et d'un organisme indépendant qui, tous les six mois, serait amené à publier la construction du prix à la consommation car l'histoire de toutes les crises a démontré qu'à chaque fois que les prix baissaient à la production, il y avait toujours un ou plusieurs acteurs pour immédiatement tirer profit de la situation en améliorant ses marges (le plus souvent, la grande distribution). 

Comme la transparence sur les salaires des grands patrons a pu freiner certains abus, seule l’opinion publique est aujourd’hui capable de freiner les excès de la grande distribution ou de certains industriels. Pouvoir pointer du doigt les profiteurs est le meilleur moyen de réguler ces acteurs en situation de monopole, pour qui leur image est un élément clé de leur réussite économique. 

De plus, face à la concentration de l’industrie laitière, il faut favoriser la constitution d’organisations de producteurs suffisamment puissantes pour qu’elles puissent parler de façon plus équilibrée avec les industriels. Le développement des filières courtes et les filières dites de qualité (AOC, AOP,Bio…) sont autant de niches permettant de conserver la valeur ajoutée aux producteurs. 

Pour la viande bovine, il est temps de pointer du doigt notre incapacité à développer notre exportation. On assiste à un phénomène en vérité assez « curieux » où la France se révèle extrêmement mauvaise pour répondre à des appels d’offre comme s 'il y avait un consensus tacite pour ne pas favoriser la hausse des cours... 

Nous savons que l’industrie agroalimentaire française comme toute l'économie française est confrontée à des coûts de production plus élevés que ses concurrents européens (taxes et charges sociales...) mais cela ne suffit pas à expliquer nos insuffisances à l’exportation. De là à vouloir maintenir les prix bas, on finirait par le penser... 

Serait-il par ailleurs indécent de construire un fonds de compensation géré par la profession agricole permettant de garantir un prix plancher aux éleveurs ? L'agriculture française étant un tout et le succès des uns conditionnant la réussite des autres, ce fonds pourrait être financé paritairement par des crédits publics et par un prélèvement sur les céréales au-delà d'un niveau de prix largement suffisant pour assurer un revenu aux exploitations céréalières. Les éleveurs pourraient ainsi être soutenu lorsque leurs coûts de production augmentent brutalement ou lorsqu'ils subissent des variations de cours liées à des chocs exogènes. 

Bien entendu, des politiques régionales peuvent accompagner les efforts de compétitivité et de productivité. C’est pourquoi les régions devraient s'engager plus largement pour favoriser l’amélioration des conditions de production (bâtiments, robots de traite…) et permettre aux agriculteurs de supporter des investissements liés aux contraintes environnementales et normatives.

 

D'ailleurs il est consternant de constater le retard qu'a pris la France dans la mise en oeuvre du deuxième pilier de la PAC. Faute d'avoir anticipé les nouveaux dispositifs, peu d'exploitations profiteront des MAEC (Mesures Agri-Environnementales Climatiques) qui auraient pu être un complément de revenu non négligeable pour les éleveurs ayant encore des surfaces en herbe significatives. 

A cela s'ajoute le besoin de favoriser les revenus indirects comme ceux liés à la méthanisation. La différence de traitement entre l’Allemagne et la France est absolument insupportable. De tels projets demandent des années d’instruction administrative décourageant la plupart des initiatives quand il faut 12 à 18 mois en Allemagne pour les mener à bien. 

Enfin, l'appel à consommer français peut être mis en œuvre de différentes façons. Il doit d'abord s'appuyer sur une traçabilité améliorée afin que les Français puissent acheter en toute connaissance de cause lorsqu'il s'agit de produits transformés. De plus, les collectivités locales ont un grand rôle à jouer dans leurs appels d'offre en favorisant les filières courtes dans la restauration collective. 

Tous ces sujets, toutes les solutions structurelles et durables doivent être mises sur la table en toute transparence, sans tabou, ni dogmatisme afin de trouver des accords justes et pérennes. 

Pour conclure, la crise grecque et celle de l'euro ont rappelé aux Français à quel point une Europe qui n'est pas intégrée socialement et fiscalement est une Europe en grand danger. La crise agricole en est une autre illustration où l'absence d'harmonisation sociale, fiscale et normative pose plus que jamais avec acuité la question de l'intégration européenne. Il suffit de rappeler que l'absence de salaire minimum en Allemagne dans l'industrie agroalimentaire a donné un avantage compétitif absolument considérable. Et il est d'ailleurs prévu de conserver dans les années prochaines. Faute d'un marché européen suffisamment harmonisé, c'est une des raisons principales qui amène nos agriculteurs comme beaucoup de Français a être attiré par les sirènes du repli sur soi et sur la fermeture des frontières qui sont pourtant mortelles. Raison supplémentaire d'aller vers une Europe fédérale et démocratique... 

30.07.2015 - Communiqué de presse de Maurice LEROY

30/07/2015 à 17:28

Photo: 
Avec Philippe VIGIER et les députés de l’UDI, nous sommes conscients des difficultés que rencontrent nos éleveurs : perte de trésorerie, endettement massif, situation de faillite. 

De telles situations sont inacceptables.

Depuis plusieurs mois, notamment par le biais de nombreuses questions d’actualité au Gouvernement, nous ne cessons d’alerter le Ministre de l’Agriculture sur la précarité et la détresse morale vécue par de nombreux agriculteurs, mais aussi sur la nécessité de faire de notre agriculture un secteur stratégique de compétitivité pour la France. 
La survie de notre modèle agricole est désormais en jeu.

Si nous voulons sortir durablement de cette crise de l’élevage, il est indispensable que nous travaillions tous main dans la main pour dégager de véritables solutions fiables et consensuelles. 
J’ai toujours plaidé en faveur d’une mobilisation sans faille des pouvoirs publics, tant à l’échelle nationale qu’européenne. 

Si la sécurisation des marges doit être une priorité absolue, il est également indispensable, pour notre pays, de mieux appréhender la concurrence. 
La lutte contre la volatilité des prix doit notamment faire l’objet d’une politique plus efficace.

Notre agriculture reste certainement l’un des plus beaux emblèmes de la France : plus qu’une simple fierté nationale, elle représente un secteur stratégique de poids pour notre économie.

Voilà pourquoi je défends résolument nos producteurs de viande bovine, de viande porcine mais aussi de lait qui s’enfoncent, chaque jour un peu plus, dans une précarité et une détresse morale absolument insupportables.

L’urgence de leur situation commande au Gouvernement de prendre au plus vite toutes ses responsabilités.

27.07.2015 - Communiqué de Philippe VIGIER à propos des chiffres du chômage

27/07/2015 à 23:17

Photo: 

« Le mois de juin a été marqué par une nouvelle hausse du chômage (+1 300 chômeurs). Cette hausse moins importante que celle du mois dernier porte toutefois le nombre de demandeurs d’emplois à un nouveau niveau record qui démontre que la France s’enlise de manière dramatique dans la crise et s’enfonce dans le chômage de masse. 

Au groupe UDI, nous ne pouvons que nous réjouir que la hausse du chômage semble enfin se ralentir, même si nous déplorons le temps perdu. 

Nous craignons pour autant que cette relative stabilité ne s’inscrive pas dans la durée, puisque cette majorité, transie par ses divisons, s’est montrée jusqu’ici incapable de mener des réformes d’envergure pour lutter contre le chômage. 

Or sans réforme structurelle, destinée à préparer l’avenir de la France, nous ne pourrons pas remporter la bataille de l’emploi. 

A cet égard, l’inaction de l’exécutif et de sa majorité est inacceptable : le Président de la République continue d’attendre cyniquement une éventuelle embellie venue de l’extérieur, en multipliant les contrats aidés, sans se soucier de l’ampleur des drames humains qui se jouent chaque jour à cause de la hausse massive du chômage.

La précarité explose, la cohésion sociale s’effondre alors même que des solutions existent. Nous ne pouvons attendre plus longtemps ! 

Alors que l’exécutif et sa majorité ne cessent de s’enliser dans des débats interminables et improductifs sur la remise en cause du crédit d’impôt compétitivité emploi, il est nécessaire de maintenir et d’amplifier les baisses de charges qui pèsent sur le travail et sur le pouvoir d’achat, de réformer l’organisation et le temps de travail, et d’assouplir le contrat de travail.

La mise en œuvre de ces mesures, souhaitées par notre groupe depuis le début de la législature et que le gouvernement refuse obstinément de mettre en œuvre malgré l’urgence sociale, nous semble aujourd’hui indispensable pour que le chômage baisse véritablement » déclare Philippe Vigier.

07.08.2015 - Hervé Morin sera l'invité politique de Sud Radio

20/07/2015 à 13:35

A 18h10, Hervé Morin sera l'invité politique de Sud Radio
Date: 
7 Août 2015 - 08:10

20.07.2015 - Hervé Morin sera en duplex sur BFMTV

20/07/2015 à 13:33

A 18h07, Hervé Morin sera en duplex sur BFMTV
Date: 
20 Juil 2015 - 18:07

16.07.2015 - Hervé Morin est l'invité de France Info

16/07/2015 à 15:18

A 17h45 Hervé Morin est l'invité de France Info
Date: 
16 Juil 2015 - 17:45

14.07.2015 - Hervé Morin était l'invité de la matinale d'ITélé

15/07/2015 à 09:58

Photo: 
Pour regarder la vidéo suivez ce lien

6ème Carrefour des Centres

24/11/2009 à 14:36

Photo: 
Le 6ème Carrefour des Centres : « la dette dans tous ses débats » s’est tenu le lundi 23 novembre 2009 à l’Hôtel de l’Industrie Paris 6ème en présence de 200 personnes, autour de Charles de COURSON, député Nouveau Centre de la Marne et vice-président de la commission des finances de l’Assemblée nationale, de Nicolas PERRUCHOT, député Nouveau Centre de Loir-et-Cher, de Nicolas BOUZOU, économiste et de François de CLOSETS, écrivain et essayiste.

Dans son discours de clôture, Hervé MORIN, Président du Nouveau Centre, a esquissé les moyens à mettre en oeuvre pour permettre à la France de sortir du cercle vicieux de la dette.

Il a tout d’abord souligné l’importance d’un véritable contrôle politique sur la dépense publique et appelé les parlementaires à exercer la plénitude des pouvoirs que la Constitution leur confère depuis 1958.

La lutte contre les déficits est à la fois une question démocratique majeure, une obligation morale à l’égard des générations futures, un devoir économique et un engagement pour l’Europe.

Regrettant vivement que la « règle d’or », défendue hier par l’UDF et aujourd’hui par le Nouveau Centre n’ait pu être introduite lors de la révision constitutionnelle de juillet 2008, Hervé MORIN a indiqué qu’il en fera un axe central de campagne lors des prochaines échéances électorales.

A travers l’exemple de la modernisation du ministère de la Défense, il a mentionné les pratiques de bonne gouvernance permettant de réduire les dépenses de fonctionnement tout en améliorant l’efficacité de l’action publique : mutualisation des moyens, externalisation concertée avec les partenaires sociaux, groupements d’achats etc.

Hervé MORIN a également évoqué l’équilibre des finances locales et plaidé pour une réelle autonomie fiscale des collectivités territoriales. L’impôt est la condition sine qua non d’une véritable responsabilisation de la dépense locale.

Ce 6ème Carrefour de Centres s’inscrivait dans le cadre du « Tour de France de la Dette » engagé depuis la fin octobre par Charles de COURSON et qui doit se poursuivre jusqu’en juin 2010.

Facebook

Mercredi 5 août 2015

Popularité sur facebook de Le Nouveau Centre (644 fans au 18/06/2015 à 03h12) :

Aucun message de la page facebook de Le Nouveau Centre n'est affichable actuellement.

Les raisons peuvent être les suivantes :

  • aucun message n'a été publié sur le mur de cette page facebook,
  • le flux d'information (flux RSS) de cette page facebook n'est pas reprenable actuellement (causes possibles sur facebook : maintenance, problème technique temporaire, paramétrage des paramètres de confidentialité, etc.).

Information : les pages facebook sont consultables par tous sur Internet à la différence des profils facebook qui ne sont consultables que par les internautes connectés à facebook et amis du profil.

Vidéos

Hervé Morin, invité de la matinale de LCI

Lundi 27 février, Hervé Morin était l'invité de Guillaume Roquette, dans la cadre de la matinale de LCI


Envoyé : 27 février 2012

Hervé Morin, invité de Déshabillons-les, présentée par Hélène Risser sur Public Sénat

Le 8 février 2012, Hervé Morin était l'invité de Déshabillons-les, présentée par Hélène Risser sur Public


Envoyé : 10 février 2012

Hervé Morin, invité de En route vers la présidentielle - Radio Classique - Public Sénat

Le 2 février 2012, Hervé Morin était l'invité de En route vers la présidentielle sur Radio Classique et Public Sénat


Envoyé : 02 février 2012

Hervé Morin sur RCJ

Le 29 janvier, Hervé Morin était l'invité de RCJ


Envoyé : 30 janvier 2012

Hervé Morin, invité de Bourdin 2012 - RMC et BFM TV

Mercredi 25 janvier 2012, Hervé Morin était l'invité de Jean-Jacques Bourdin dans le cadre de son émission Bourdin 2012 sur RMC et BFM TV


Envoyé : 25 janvier 2012

Discours d'Hervé Morin - Vœux à la presse

Le 18 janvier 2012, Hervé Morin, président du Nouveau Centre, présentait ses vœux à la presse.


Envoyé : 18 janvier 2012

Clip de campagne d'Hervé Morin


Tags :
Envoyé : 21 décembre 2011

Hervé Morin, invité de Bruce Toussaint - Europe 1

Mercredi 14 décembre 2011, Hervé Morin était l'invité politique de Bruce Toussaint sur Europe 1.


Envoyé : 14 décembre 2011

Hervé Morin en campagne à Lille - Grand Lille TV

Les 1er et 2 décembre 2011, Hervé Morin était en déplacement dans le Nord. Reportage sur Grand Lille TV.


Envoyé : 05 décembre 2011

Hervé Morin, invité de Ça vous regarde - LCP

Le 28 novembre 2011, Hervé Morin était l'invité de Ça vous regarde sur LCP.


Envoyé : 30 novembre 2011


iPhone

Le Nouveau Centre n'a pas d'application iPhone disponible sur Apple Store.

Offre en application mobile pour les élus 2.0 (nouvelle fenêtre)

Carte des élus

La carte ci-dessous affiche uniquement les élus du Nouveau Centre enregistrés sur le journal Elus 2.0 et qui ont au moins un compte Twitter ou un compte facebook public ou un blog.

Cliquez sur un nom ou sur un marqueur pour obtenir les informations sur l'élu correspondant.

Note : vous êtes un élu(e) ou un responsable politique et vous n'avez pas votre profil Web sur le journal Elus 2.0 ? Créez-le !

A propos des profils Web : les profils Web des élus et des responsables politiques est un service du site Elus 2.0 (formulaire d'inscription). Par les Conditions Générales d'Utilisation (CGU), l'utilisateur de ce service (créateur d'un profil Web, internaute) est informé des risques inhérents à l'Internet (continuité non garantie dans l'accès au Site ou aux différents services offerts par le Site comme par exemple : non reprise partielle ou totale des flux RSS (blog, Twitter, facebook, vidéo...) sur un profil Web d'un élu pour des raisons techniques, problème d'affichage des contenus Web...).

publicité

Les élu(e)s sur le Web

Vous êtes un élu(e), un responsable politique ou un candidat(e) à une élection politique et vous n'avez pas votre profil Web sur Elus 2.0 ?

Créez votre profil sur Elus 2.0 ››

Activité Web d'un élu pris au hasard

Formation aux réseaux sociaux

Rejoignez Elus 2.0 sur les réseaux sociaux

Elus 2.0 en quelques mots

Web 2.0, Facebook, Twitter, blogs, vidéos...
Comment les élus utilisent-ils Internet ?
Quels sont les impacts du Web sur la politique ?

Elus 2.0 va chercher dans l'actualité en France et à l'international toutes les réponses à ces questions.

Par ailleurs, Elus 2.0 est une plateforme communautaire des élus. Sur une page personnalisée, chaque élu dispose ainsi d'un profil permettant aux citoyens de lire en temps réel tous les articles et messages qu'il publie sur Internet. De plus, ce profil permet aux citoyens de dialoguer avec l'élu.

En savoir plus

Web Politique en vidéos

Consulter (Jean Mallot, un président qui rassemble)

Consulter (Lipdub Jeunes UMP 2 - La suite)

Consulter (Francis Lalanne contre Hadopi)

Consulter (Clinton's 'Final Days' Farewell Video)

Consulter (The Story of Us: Five Years Ago Today)

Consulter (Eric Cantona parle de la Révolution)

Consulter (Lapsus d'Hortefeux: *empreintes génitales*)

Consulter (Obama 2012: 2011 Summer Organizers have lunch with President Barack Obama)

Consulter (FIN DU DARD - Patrick Sébastien)

Sources d'information

test