Turkiye'nin en buyuk porno izle sitesi olan rokettube tum hiziyla buyumege devam ediyor. Tum engellemelere karsi ayakta durmaya calisan rokettube sitesi ziyaretcilerini yalniz birakma derdinde hic degil. Bu sebep ile tum porno izle icerikli sayfalarini gozden gecirme ve gelistirme cabalari tum ekibiyle yeniden baslamis bulunuyor sizde eger porno izle izlemek istiyorsaniz rokettube.be sitesinden ucretsize mobil porno izle ve deskop pcler icin izleye bilirsiniz. Mobil porno izle sitesi olan m.rokettube.be adresinizde ziyaret edip, porn, porno izle ve porno izle izle keyfinin doruklarina varip arkadaslarinizla paylasip ayni pozisyonlari partnerinizle de deneye bilirsiniz.
site sur les Web campagnes et municipales 2014

Moteur de recherche

Newsletter du journal Elus 2.0

Newsletter Elus 2.0

Publicité

publicité
Bannière

Elus 2.0 sur les réseaux sociaux

Communiquez sur ce profil Web avec l'icône des Elus 2.0 !

Communiquez sur ce profil Web avec l'icône des Elus 2.0 !

Le Nouveau Centre

Twitter

Vendredi 22 mai 2015

Popularité sur Twitter de Le Nouveau Centre (3 744 abonnés au 11/04/2015 à 08h18) :

Derniers messages envoyés par Le Nouveau Centre sur Twitter.

Tweet du 20 mai 2015 à 18:20

Interview de Charles de Courson à Médiapart : "affaire Kerviel : Il faut rouvrir le procès"... http://t.co/CMrh0kXqiC

Tweet du 20 mai 2015 à 15:49

[INFO MEDIA] Ce soir à 19h retrouvez Catherine Morin-Desailly invitée de "24h Sénat" sur Public Sénat

Tweet du 20 mai 2015 à 08:52

RT @Herve_Morin: #ReformeCollege - La solution #Hollande face aux contestations : passage en force par décret.

Tweet du 19 mai 2015 à 18:37

[TRIBUNE] "Réforme du collège : une nouvelle improvisation dangereuse du Gouvernement ! " par Rudy Salles http://t.co/2IsNFr0ZRd

Tweet du 19 mai 2015 à 18:27

[TRIBUNE] "Rififi au collège, quand l'essentiel est oublié" Tribune de Muriel Boulmier - Le Huffington http://t.co/iTKg14l3Yl

Site Web

Vendredi 22 mai 2015

CONSEIL NATIONAL - 14 JUIN 2015

20/05/2015 à 18:44

Photo: 

 

 

 

Inscription : suivez ce lien

18.05.2015 - Interview de Charles de Courson à Médiapart

20/05/2015 à 18:13

Photo: 

Affaire Kerviel: «Il faut rouvrir le procès»


Le député UDI, secrétaire de la commission des finances de l’Assemblée nationale, travaillait à Bercy dans les années 1980, où il a côtoyé Daniel Bouton, dirigeant de la Société générale lorsque l’affaire Kerviel a éclaté. Il ne croit pas qu’un trader puisse agir sans l’aval de sa direction.

Charles de Courson est député UDI, secrétaire de la commission des finances de l’Assemblée nationale. Lorsqu’il travaillait à Bercy dans les années 1980, il a côtoyé Daniel Bouton, dirigeant de la Société générale lorsque l’affaire Kerviel a éclaté. Il ne croit pas qu’un trader puisse agir sans l’aval de sa direction.


Après les révélations de Mediapart, il appelle à rouvrir le procès. Comment réagissez-vous aux doutes émis devant le juge d’instruction par la principale enquêtrice de police dans l’affaire Kerviel ?
Ces déclarations ne m’étonnent nullement. Je n’ai jamais cru un seul instant que Jérôme Kerviel, pas plus que ses autres collègues traders, ait pu spéculer à de tels niveaux sans l’accord de ses supérieurs.
Laisser penser, comme l’ont fait les décisions de justice qui l’ont condamné, que Jérôme Kerviel agissait tout seul dans son coin, sans connaissance de sa hiérarchie, je ne l’ai jamais cru. Ce qui est grave dans le témoignage de l’enquêtrice de la brigade financière, c’est qu’elle n’est justement pas membre de la hiérarchie bancaire ! Pourquoi a-t-elle accepté de se faire orienter de cette façon par la banque ? Pourquoi les enquêteurs se sont-ils laissé faire ?

La Société générale pouvait-elle ne pas savoir ?
Je connais bien Daniel Bouton, le dirigeant de la Société générale à l’époque, pour avoir été chef de bureau avec lui à la direction du budget il y a un quart de siècle. En 2008 ou en 2009, je lui ai demandé s’il savait réellement ce qui se passait dans la salle de marché de sa banque. Il avait répondu par la négative. Cela illustre assez bien la situation des dirigeants des établissements financiers : Daniel Bouton, comme ses collègues, ne voulait pas savoir ce qui se passait sous sa responsabilité. Tant que les traders gagnaient de l’argent, il n’a pas cherché à en savoir plus. Bien entendu, rien n’a jamais été écrit explicitement, mais tant que Jérôme Kerviel gagnait, tout allait bien, on l’a laissé faire. C’est quand il a perdu que les problèmes sont arrivés. Daniel Bouton m’a avoué qu’au plus haut de la vague de spéculation, plus d’un tiers des résultats de la Société générale provenait de la salle de marché. Certes, à l’époque toutes les banques ne fumaient pas la moquette à un tel niveau. La BNP a beaucoup moins spéculé, par exemple, mais beaucoup de banques ont fumé la moquette !

Êtes-vous favorable à une révision du procès de Jérôme Kerviel ?
Quand il y a des éléments nouveaux, dans un État de droit et avec une justice bien conçue, il faut en effet rouvrir le procès. Par ailleurs, si la justice découvre que certains ont témoigné sous ordre, ou ont été manipulés pour dire autre chose que la vérité, ils devront être condamnés pour faux témoignage.

Une commission d’enquête parlementaire permettrait-elle de faire plus de lumière sur le dossier ?
Pourquoi pas, mais je ne sais pas si une commission d’enquête obtiendra beaucoup d’information : mis à part les traders « convertis », qui ont abandonné leur activité, qui viendrait témoigner de la vérité ? Est-ce que ceux qui font ça depuis des années parleraient ? De plus, une procédure judiciaire est toujours en cours [le volet civil de l’affaire a été cassé par la Cour de cassation et doit être de nouveau jugé en janvier - ndlr], et je ne sais pas si les parlementaires auraient accès à des informations qui sont de fait réservées à la justice. Sans compter que le gouvernement demanderait immédiatement le huis clos pour ne pas affaiblir la réputation des banques françaises… Je vois déjà comment chacun jouerait sa partition.

20.05.2015 - Catherine Morin-Desailly est l'invité de Public Sénat

20/05/2015 à 15:15

 


A 19h, Catherine Morin-Desailly est l'invitée de "24 heures Sénat" sur Public Sénat
Date: 
20 Mai 2015 - 19:00

19.05.2015 - "Rififi au collège, quand l'essentiel est oublié" Tribune de Muriel Boulmier - Le Huffington

19/05/2015 à 17:35

Photo: 
ÉDUCATION - Tout un chacun s'exprime à propos de la réforme du collège. En vérité, de ces nombreuses critiques ou commentaires, peu sont nourris d'une lecture avisée du texte. Comme beaucoup, moi non plus, je n'ai pas pris le temps de le lire. Pourtant, les débats qu'il a fait naître ces dernières semaines ont suscité chez moi un certain nombre de réflexions.
Chef d'entreprise d'une PME de 156 personnes en Aquitaine, engagée dans le monde associatif et adjointe aux affaires sociales de ma ville (Agen, 35.000 habitants), je sais ce que j'attends de l'école et du collège.
Depuis 1975, l'emploi des jeunes est soutenu par des formes évolutives de contrats aidés. Aujourd'hui, la proportion des moins de 25 ans qui cherchent un emploi est tendanciellement égale à celle des plus de 50 ans.
Mais ce qui est nouveau, c'est cette difficulté à appréhender le quotidien de l'écriture et de la lecture facile, outils qui permettent une compréhension instantanée des informations simples. Ces compétences sont indispensables dans le monde actuel, où lecture et écriture sont les premiers passeports de l'insertion professionnelle. Bien sûr, il existe de belles aventures de parcours réussis sans elles, mais elles sont aussi exceptionnelles que celle du gamin qui devient star du foot.
Et c'est ainsi que sont écartés de l'emploi un certain nombre de jeunes, qui, progressivement, deviennent moins jeunes.
Je ne suis pas spécialiste de l'enseignement au collège, ni de la réforme portée par la ministre de l'Éducation. Mais notre école est un trésor républicain, remettons-la au goût du jour! Permettons aux enfants d'accéder au monde, à leur monde et au nôtre, sans une idéologie désuète de réforme inappropriée, si j'en crois le vent qui souffle.
Je rêve de pouvoir accueillir dans mon entreprise des jeunes qui maîtrisent les bases de connaissances initiales pour qu'ils s'installent et progressent.
Je rêve que même ceux qualifiés de "marginalisés" par leur culture d'origine puissent valoriser la connaissance de la langue qu'ils pratiquent dans leur foyer comme mécanique facilitatrice d'apprentissage d'une langue étrangère.
Je rêve aussi que des notions de latin permettent de comprendre les mots et suscitent la curiosité. Et tant d'autres choses...
En un mot, ne craignons pas l'évaluation des connaissances des petits, qui permet de détecter les dysfonctionnements et de les réparer... Encore faut-il le vouloir. Ne délaissons pas les notes, le redoublement, cultivons le mérite: il est si différent de l'élitisme!
Donc, oui, je rêve de partager les bienfaits de l'école républicaine qui m'a tant donné comme écolière, collégienne, lycéenne et universitaire boursière, et tout appris. J'affirme que nous avons besoin d'une école qui ouvre au monde des idées, mais aussi au monde professionnel, sans faux-semblant.

18.05.2015 - Rudy Salles :"Réforme du collège : une nouvelle improvisation dangereuse du Gouvernement !"

18/05/2015 à 18:33

Photo: 
Après la réforme à la Hussarde des rythmes scolaires voulue par M. PEILLON et imposée à tous, Mme Najat VALLAUD BELKACEM a repris le flambeau de la «refondation scolaire » pour en faire une « refondation du Collège ». Sorties de son chapeau à quelques jours du 1er tour des Élections départementales, ces propositions fortement électoralistes ne correspondaient pas du tout aux attentes légitimes que chacun pouvait attendre. Oui, le collège est en grande difficulté : de nombreux jeunes ne maîtrisent pas leur propre langue maternelle, ne savent ni lire, ni écrire, ni compter. Le collège, outil majeur de l’orientation, est en panne et ne garantit plus l’acquisition des connaissances de base. Le décrochage scolaire s’amplifie d’année en année. Les inégalités sociales ne cessent de se creuser. Malgré ce constat unanime et inquiétant, Mme VALLAUD BELKACEM présente des solutions inadaptées, coûteuses voire dangereuses. En ma qualité de porte parole de l'UDI au sein de la Commission de la Culture et de l'Éducation de l'Assemblé nationale, je m'étais opposé avec force à ces textes déconnectés de toutes évidences, sans le moindre budget de fonctionnement, sans la moindre concertation et surtout sans que l’intérêt de l’enfant ou dans le cas présent de l’élève ne soit pris en compte. Le sentiment général des parents, des enseignants, des philosophes, des spécialistes de l’Éducation est formel : ces réformes portent une atteinte gravissime à la formation des élèves et au socle Républicain qu'ensemble nous devons défendre.
Dès lors pourquoi faire reculer l'enseignement du latin et du grec quand on sait les liens étroits qu’il représente dans l’apprentissage et la maîtrise de notre langue? Pourquoi vouloir supprimer les classes bilangues instaurées dans le cadre du renforcement des relations Franco-allemandes ? Pourquoi vouloir modifier un programme d’Histoire par une approche pédagogique contestable ?
L’innovation « fourre-tout » des «Enseignements Pratiques Interdisciplinaires» (EPI) est le principal outil de cette réforme basé sur 8 thèmes pour lutter contre «l’ennui des élèves ». Malheureusement, à ce jour, leurs programmes pédagogiques ne sont ni définis ni validés. Cette approche diluera l’enseignement de certaines matières, en rendra d’autres optionnelles. Surtout, elle diminuera de fait le temps d’apprentissage des fondamentaux au lieu de le renforcer. Cet objectif prioritaire attendu par la Communauté éducative et souligné par tous les observateurs avertis ne sera pas respecté : affligeant !
Au final, ces orientations sont majoritairement inutiles, polémiques et graves : je les combattrai de toutes mes forces en privilégiant deux axes simples et constructifs. La première priorité serait d’assurer un suivi personnalisé pour apprendre à lire, écrire et savoir compter pour les élèves qui connaissent de réelles difficultés en 6e. La seconde priorité serait de faire des collégiens de futurs citoyens, conscients du rôle qui auront à tenir dans notre vie démocratique et républicaine.
Malheureusement, nous n’en sommes pas encore là. Les Ministres de l'Education rêvent de laisser une réforme scolaire qui porte leur nom. Madame VALLAUD BELKACEM n'échappe pas à cette règle. Elle est soutenue aujourd'hui par le Président de la République et par le Premier Ministre. Ils cherchent désespérément à sauver le soldat « Najat » mais pendant combien de temps encore ?

18.05.2015 - Jean Dionis :"Réforme des Collèges : gravement hors sujet"

18/05/2015 à 15:20

Photo: 
Le ton monte sur le projet de réforme des Collèges du gouvernement. Le gouvernement s’enferme et s’entête alors que les oppositions de toutes parts se multiplient : intellectuels, parlementaires, enseignants en grève le Mardi 19 Mai contre ce projet de réforme ; et si l’on en croit les instituts de sondage, plus de 61% des Français y sont opposés.
L’enjeu n’est pas mince. Cela concerne la vie de plus de 3,3 millions de collégiens, répartis dans plus de 7 100 établissements privés et publics, ainsi que celle de plus de 200 000 enseignants. Or le Collège Français va mal. Ces dix dernières années, nos collégiens ont régressé dans tous les classements internationaux que ce soit en Français, en Histoire ou en Maths. Pire, chaque année, environ 140 000 élèves quittent le système scolaire sans aucun diplôme professionnel, ni d’enseignement général.
Voilà le constat, le bilan qu’il faut bien avoir le courage d’affronter lucidement. Il est donc nécessaire de réformer en profondeur le collège. Sur cette nécessité, au moins, le consensus existe. Mais alors quelle réforme pour redresser le collège Français ?

Le gouvernement et la Ministre de l’Education Nationale, Mme Najat Vallaud-Belkacem, mettent en avant une réforme dont les points-clés sont les suivants :
  1. A côté des 80% d’enseignements disciplinaires magistraux, 20% de l’emploi du temps des collégiens, soit 4 à 5 heures par semaine, sera consacré à l’enseignement personnalisé (3 heures par semaine en 6ème puis 1 heure) et aux enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI).
  2. Suppression des classes Européennes et des classes bilangues pour cause d’élitisme réservé à une minorité. Instauration de l’apprentissage généralisé d’une deuxième langue vivante dès la 5ème.
  3. Suppression de l’option Latin–Grec qui ne seraient plus enseignés que dans la cadre de ces fameux enseignements pratiques interdisciplinaires dont rien n’assure que cet enseignement sera véritablement linguistique. Sur ce point précis, la Ministre a commencé à "rétropédaler" et a demandé mercredi au Conseil supérieur des Programmes de faire des propositions pour le latin et le grec. Première victoire !
Hervé Morin, notre Président, dans l’éditorial de notre lettre du Nouveau Centre du Lundi 4 Mai, a précisé nos critiques précises par rapport à cette réforme :
« La première erreur de cette réforme est de vouloir casser ce qui marche très bien, telles que les sections européennes ou les classes bilangues allemand-anglais. Vouloir enseigner plus précocement deux langues pourquoi pas ? Mais quel besoin de mettre à mal deux dispositifs éprouvés, l’un qui permettait de conforter le couple franco-allemand et le multilinguisme, et l’autre qui permettait d’aborder les langues à travers ce qu’on appelle des disciplines non linguistiques tels que l’histoire-géographie. »
« La deuxième erreur de cette réforme, défaut cette fois totalement inhérent au socialisme, est de s’enfermer dans un égalitarisme purement idéologique. Comment comprendre autrement les coups portés au latin et au grec, aux classes bilangues et aux sections européennes ? Qui viendra nous démontrer que c’est en supprimant une classe de grec dans un collège de Versailles qu’on fera réussir les enfants des zones d’éducation prioritaire ? »

Ces critiques gardent bien sûr toute leur pertinence. Mais, il y a encore plus grave. Y a-t-il un promoteur de cette réforme qui pense sérieusement qu’avec cette réforme, on s’attaque au cœur du sujet : à savoir les 140 000 jeunes français qui sortent chaque année du système éducatif sans aucune qualification professionnelle ou diplôme d’enseignement général ?

La triste réalité, c’est que cette réforme est une mauvaise réforme de l’accessoire et qu’elle refuse sciemment de s’attaquer aux racines de l’échec qu’est le Collège Français. Pour cela, il faut oser se poser quelques questions de fond : Pourquoi le chômage des jeunes de 16-25 ans est de 25% en France, alors qu’il n’est que de 7,5% en Allemagne ? Cette différence insupportable a-t-elle quelque chose à voir avec le fait qu’il y a en Allemagne plus de 1,6 million d’apprentis pour moins de 400 000 en France ? Faut-il garder l’enseignement professionnel comme en France au sein de l’Education Nationale ou faut-il clairement confier cette responsabilité aux entreprises comme en Allemagne ou en Suisse ?

Le simple fait de se poser ces questions primordiales nous fait sentir implacablement que la réforme proposée par le gouvernement est gravement hors sujet. Et l’on voit bien, par opposition, se profiler la réforme d’intérêt général qu’il faudra bien faire un jour : fin du collège unique, valorisation de l’apprentissage professionnel en filière d’excellence, transfert de l’apprentissage au monde de l’entreprise.
Nous en sommes loin. Mais Bruno Lemaire, député de l’Eure, avait raison de dire à propos de cette réforme : « Il y a pire que l’immobilisme. C’est d’aller dans la mauvaise direction ».
C’est malheureusement le cas pour cette réforme. Elle ne dit rien sur l’essentiel (les sortants non qualifiés de notre système scolaire). En cela, elle mérite la mention « gravement hors sujet ». Et sur ce qu’elle touche, à l’exception de quelques heureuses innovations comme la liberté de pouvoir gérer localement certaines heures d’enseignement, elle va à contre-sens de l’intérêt des élèves.

Alors que faire ? Chaque citoyen, à son niveau, doit s’approprier ce débat. Les Français ont commencé à le faire.Ensemble, nous allons réussir à obtenir du gouvernement qu’il prenne la seule décision politique raisonnable avec un projet aussi contestable : retirer purement et simplement ce projet.

13.05.2015 - Maurice Leroy élu Vice-président de l’Assemblée des Départements de France.

14/05/2015 à 12:29

Photo: 
Il prend ces nouvelles fonctions aux côtés de Dominique Bussereau, élu nouveau président de l'Assemblée des Départements de France.
Il aura à coeur de défendre le Département, en tant qu’échelon de proximité, garant de lien social pour nos territoires.
Son ambition pour ce mandat : porter une grande démarche de coopération interdépartementale, à l’image de ce que se réalise déjà entre les départements de Loir-et-Cher, du Loiret et d'Eure-et-Loir.
L’avenir de nos institutions passe par plus de coopération, de synergie, d’efficacité !

14.05.2015 - Hervé Morin invité de Bruce Toussaint sur I-télé

14/05/2015 à 11:55

Photo: 
Pour regardez l'interview, suivez ce lien

6ème Carrefour des Centres

24/11/2009 à 14:35

Photo: 
Le 6ème Carrefour des Centres : « la dette dans tous ses débats » s’est tenu le lundi 23 novembre 2009 à l’Hôtel de l’Industrie Paris 6ème en présence de 200 personnes, autour de Charles de COURSON, député Nouveau Centre de la Marne et vice-président de la commission des finances de l’Assemblée nationale, de Nicolas PERRUCHOT, député Nouveau Centre de Loir-et-Cher, de Nicolas BOUZOU, économiste et de François de CLOSETS, écrivain et essayiste.

Dans son discours de clôture, Hervé MORIN, Président du Nouveau Centre, a esquissé les moyens à mettre en oeuvre pour permettre à la France de sortir du cercle vicieux de la dette.

Il a tout d’abord souligné l’importance d’un véritable contrôle politique sur la dépense publique et appelé les parlementaires à exercer la plénitude des pouvoirs que la Constitution leur confère depuis 1958.

La lutte contre les déficits est à la fois une question démocratique majeure, une obligation morale à l’égard des générations futures, un devoir économique et un engagement pour l’Europe.

Regrettant vivement que la « règle d’or », défendue hier par l’UDF et aujourd’hui par le Nouveau Centre n’ait pu être introduite lors de la révision constitutionnelle de juillet 2008, Hervé MORIN a indiqué qu’il en fera un axe central de campagne lors des prochaines échéances électorales.

A travers l’exemple de la modernisation du ministère de la Défense, il a mentionné les pratiques de bonne gouvernance permettant de réduire les dépenses de fonctionnement tout en améliorant l’efficacité de l’action publique : mutualisation des moyens, externalisation concertée avec les partenaires sociaux, groupements d’achats etc.

Hervé MORIN a également évoqué l’équilibre des finances locales et plaidé pour une réelle autonomie fiscale des collectivités territoriales. L’impôt est la condition sine qua non d’une véritable responsabilisation de la dépense locale.

Ce 6ème Carrefour de Centres s’inscrivait dans le cadre du « Tour de France de la Dette » engagé depuis la fin octobre par Charles de COURSON et qui doit se poursuivre jusqu’en juin 2010.

Facebook

Vendredi 22 mai 2015

Popularité sur facebook de Le Nouveau Centre (621 fans au 15/05/2015 à 15h01) :

Post du 20/05/2015 à 18:19

Interview de Charles de Courson à Médiapart : "affaire Kerviel : Il faut rouvrir...

Post du 20/05/2015 à 15:48

[INFO MEDIA] Ce soir à 19h retrouvez Catherine Morin-Desailly invitée de "24h Sé...

Post du 19/05/2015 à 18:36

[TRIBUNE] "Réforme du collège : une nouvelle improvisation dangereuse du Gouvern...

Post du 19/05/2015 à 18:26

[TRIBUNE] "Rififi au collège, quand l'essentiel est oublié" Tribune de Muriel Bo...

Post du 19/05/2015 à 14:55

[TRIBUNE] Jean Dionis : "Réforme des Collèges : gravement hors sujet"

Post du 14/05/2015 à 16:47

[REPLAY] Retrouvez Maurice Leroy qui s'essaie au métier de restaurateur pour "J'...

Post du 14/05/2015 à 16:33

[Agenda] Mardi 19 mai, Philippe Vigier participe à café-débat à l'invitation de...

Post du 14/05/2015 à 12:31

Maurice Leroy a été élu hier Vice-président de l’Assemblée des Départements de F...

Post du 14/05/2015 à 11:57

[REPLAY] Hervé Morin était l'invité de Bruce Toussaint sur I-Télé ce matin

Post du 14/05/2015 à 11:50

[REPLAY] Retrouvez Philippe Vigier invité à débattre de l'actualité politique da...

Post du 13/05/2015 à 16:10

[INFO MEDIA] Jeudi 14 mai à 8h15, Hervé Morin est l'invité politique de Bruce To...

Post du 12/05/2015 à 15:21

[TRIBUNE] Jean Dionis : "Bilan des trois années de François Hollande : la France...

Post du 07/05/2015 à 16:10

[INFO MEDIA] Ce soir à 19h Catherine Morin-Desailly sera l'invitée de Public Sén...

Post du 07/05/2015 à 11:17

[REPLAY] Retrouvez Charles de Courson invité d'Ecorama sur Boursorama.com

Post du 06/05/2015 à 19:14

[COMMUNIQUE] Philippe Vigier : " François Hollande : 3 années à 1000 chômeurs pa...

Post du 06/05/2015 à 12:11

[A LIRE] Tribune de Catherine Morin-Desailly sur la réforme du Collège

Post du 06/05/2015 à 00:39

[REPLAY] Retrouvez la question de Rudy Salles au gouvernement à propose de la ré...

Post du 05/05/2015 à 05:31

[REPLAY] Retrouvez l'interview d'Hervé Morin invité de News et Compagnie sur BFMTV

Post du 04/05/2015 à 20:29

[INFO MEDIA] ce soir à 21h30 Hervé Morin est l'invité de Natasha Polony sur BFMTV

Post du 01/05/2015 à 14:10

[COMMUNIQUE] Harcèlement sur Internet : Catherine Morin-Desailly appelle à une a...

Vidéos

Hervé Morin, invité de la matinale de LCI

Lundi 27 février, Hervé Morin était l'invité de Guillaume Roquette, dans la cadre de la matinale de LCI


Envoyé : 27 février 2012

Hervé Morin, invité de Déshabillons-les, présentée par Hélène Risser sur Public Sénat

Le 8 février 2012, Hervé Morin était l'invité de Déshabillons-les, présentée par Hélène Risser sur Public


Envoyé : 10 février 2012

Hervé Morin, invité de En route vers la présidentielle - Radio Classique - Public Sénat

Le 2 février 2012, Hervé Morin était l'invité de En route vers la présidentielle sur Radio Classique et Public Sénat


Envoyé : 02 février 2012

Hervé Morin sur RCJ

Le 29 janvier, Hervé Morin était l'invité de RCJ


Envoyé : 30 janvier 2012

Hervé Morin, invité de Bourdin 2012 - RMC et BFM TV

Mercredi 25 janvier 2012, Hervé Morin était l'invité de Jean-Jacques Bourdin dans le cadre de son émission Bourdin 2012 sur RMC et BFM TV


Envoyé : 25 janvier 2012

Discours d'Hervé Morin - Vœux à la presse

Le 18 janvier 2012, Hervé Morin, président du Nouveau Centre, présentait ses vœux à la presse.


Envoyé : 18 janvier 2012

Clip de campagne d'Hervé Morin


Tags :
Envoyé : 21 décembre 2011

Hervé Morin, invité de Bruce Toussaint - Europe 1

Mercredi 14 décembre 2011, Hervé Morin était l'invité politique de Bruce Toussaint sur Europe 1.


Envoyé : 14 décembre 2011

Hervé Morin en campagne à Lille - Grand Lille TV

Les 1er et 2 décembre 2011, Hervé Morin était en déplacement dans le Nord. Reportage sur Grand Lille TV.


Envoyé : 05 décembre 2011

Hervé Morin, invité de Ça vous regarde - LCP

Le 28 novembre 2011, Hervé Morin était l'invité de Ça vous regarde sur LCP.


Envoyé : 30 novembre 2011


iPhone

Le Nouveau Centre n'a pas d'application iPhone disponible sur Apple Store.

Offre en application mobile pour les élus 2.0 (nouvelle fenêtre)

Carte des élus

La carte ci-dessous affiche uniquement les élus du Nouveau Centre enregistrés sur le journal Elus 2.0 et qui ont au moins un compte Twitter ou un compte facebook public ou un blog.

Cliquez sur un nom ou sur un marqueur pour obtenir les informations sur l'élu correspondant.

Note : vous êtes un élu(e) ou un responsable politique et vous n'avez pas votre profil Web sur le journal Elus 2.0 ? Créez-le !

A propos des profils Web : les profils Web des élus et des responsables politiques est un service du site Elus 2.0 (formulaire d'inscription). Par les Conditions Générales d'Utilisation (CGU), l'utilisateur de ce service (créateur d'un profil Web, internaute) est informé des risques inhérents à l'Internet (continuité non garantie dans l'accès au Site ou aux différents services offerts par le Site comme par exemple : non reprise partielle ou totale des flux RSS (blog, Twitter, facebook, vidéo...) sur un profil Web d'un élu pour des raisons techniques, problème d'affichage des contenus Web...).

publicité

Les élu(e)s sur le Web

Vous êtes un élu(e), un responsable politique ou un candidat(e) à une élection politique et vous n'avez pas votre profil Web sur Elus 2.0 ?

Créez votre profil sur Elus 2.0 ››

Formation aux réseaux sociaux

Rejoignez Elus 2.0 sur les réseaux sociaux

Elus 2.0 en quelques mots

Web 2.0, Facebook, Twitter, blogs, vidéos...
Comment les élus utilisent-ils Internet ?
Quels sont les impacts du Web sur la politique ?

Elus 2.0 va chercher dans l'actualité en France et à l'international toutes les réponses à ces questions.

Par ailleurs, Elus 2.0 est une plateforme communautaire des élus. Sur une page personnalisée, chaque élu dispose ainsi d'un profil permettant aux citoyens de lire en temps réel tous les articles et messages qu'il publie sur Internet. De plus, ce profil permet aux citoyens de dialoguer avec l'élu.

En savoir plus

Web Politique en vidéos

Consulter (Volontaires de toute la France, unissez-vous !)

Consulter (Voeux du Président Nicolas Sarkozy aux Français pour 2011)

Consulter (Présentation de Truzz)

Consulter (Dominique Wolton, le web et la politique)

Consulter (*Le web va jouer un rôle primordial dans la campagne*)

Consulter (Pourquoi la *taxe Google* ? Chat avec Philippe Marini)

Consulter (Ségolène Royal : Voeux pour l'année 2011)

Consulter (Martine Aubry candidate à la présidentielle)

Consulter (Bayrou 3/3 Les buzz Rolex, DSK, la stratégie web du MoDem)

Sources d'information

test